Aller au contenu principal

Sécurité

La commune de Troinex a signé une convention avec le service de la police municipale de Veyrier autorisant les APM et les contrôleurs du stationnement à intervenir sur son territoire, dans les limites de leurs compétences.

La police municipale contribue à maintenir l’ordre et la tranquillité par des actions préventives et répressives. Ce corps joue un rôle central en matière de sécurité de proximité dans les quartiers.

La police municipale répond à vos questions et traite vos demandes du lundi au vendredi de 7h00 à 19h00 en période hivernale / 7h00 à 22h00 en période estivale au 022 899 10 13 ou par email à l’adresse apm@veyrier.ch

https://veyrier.ch/police-municipale

En cas d’absence du bureau les appels sont déviés sur la patrouille de service. En dehors de ces horaires, vous pouvez laisser un message sur le répondeur et nous vous rappellerons.

En cas d’urgence veuillez composer le 117.

Les agent-e-s en uniforme de la police municipale (APM) possèdent une excellente connaissance des quartiers grâce, notamment, à des rencontres très régulières avec les habitant-e-s, commerçant-e-s, membres d’associations, responsable d’écoles, etc. De plus, ils/elles privilégient les patrouilles à pied ou en vélo afin de favoriser l’échange avec la population.

Le concept de police de proximité présuppose que la Police municipale se rapproche des citoyens en assurant, notamment, une présence accrue et visible sur le terrain. Il nécessite, par ailleurs, que les policiers municipaux entretiennent des partenariats (réseaux) dans leur quartier.
Pour établir un lien de confiance durable, la Police municipale doit non seulement connaître la réalité dans laquelle elle œuvre (population, acteurs du quartier, problématiques récurrentes, besoins spécifiques, etc.) mais également, faire connaître aux acteurs du quartier les prestations qu’elle peut fournir.
Les actions de proximité menées par la Police municipale n’ont aucunement pour objectif de remplacer l’action répressive qui appartient également à ce corps uniformé. La prévention constitue un complément à l’action répressive.


Quelques règles à respecter :

Nuisances sonores

(Règlement sur la salubrité et la tranquillité publiques E 4 05.03, art. 16, 17, 26 à 34.

Tout excès de bruit de nature à troubler la tranquillité publique est interdit.

L’interdiction des excès de bruit s’étend aussi bien à ceux qui prennent naissance sur le domaine privé qu’à ceux qui prennent naissance sur le domaine public.

Entre 21 h et 7 h, tout acte de nature à troubler la tranquillité nocturne notamment le repos des habitants, est interdit. Sont exemptées les nuisances sonores inhérentes à des manifestations sur le domaine public, pour autant que celles-ci aient été autorisées et que les nuisances restent dans les limites fixées par l’autorisation et soient conformes à ce qui est usuel lors d’évènements de ce genre.

Sont également interdits sur la voie publique :

  • Les bruits dits « inutiles » (cris, vociférations)
  • Les appareils reproducteurs de sons (radio, tv, amplificateurs portables)
  • Toute diffusion parlante ou musicale au moyen d’un appareil (sauf autorisation du département)

Sont soumis à réglementations d’horaires ou de période dans l’année :

  • Utilisation d’instruments de musique à des fins d’apprentissage
  • Utilisation de marteaux et perceuses
  • Tondeuses à gazon et tronçonneuses
  • Machines à souffler les feuilles

Chenilles processionnaires

(règlement sur la conservation de la végétation arborée L 4 05.04, art. 21A)

Tout propriétaire, locataire, usufruitier, fermier ou exploitant est tenu de procéder à l’enlèvement et à la destruction des nids de chenilles processionnaires, ou de mettre en place des mesures visant à éviter la propagation de ces insectes, dès leur apparition.

Les mesures visées s’appliquent aux espèces telles que les pins, les cèdres et les chênes, qui se trouvent dans un périmètre à risque autour de lieux destinés à l’accueil du public, tels que des crèches, écoles, places et parcs publics, places de jeux et piscines.

Ces mesures sont en principe à la charge du propriétaire des arbres.

Le département édicte des directives en matière d’information de la population au sujet des risques liés à la présence des chenilles processionnaires ainsi que des mesures de précaution à respecter, des travaux à réaliser et des dates d’intervention.

Chiens

(loi sur les chiens M 3 45, art. 16, 18, 20, 21, 23, 31)
(règlement d’application de la loi sur les chiens M 3 45.01 art. 9, 12)

La commune de domicile du détenteur est chargée de délivrer la marque de contrôle. Cette marque de contrôle doit être acquise jusqu’au 1er avril de l’année en cours ou, passé ce délai, dès l’acquisition du chien et est valable jusqu’au 31 mars de l’année suivante.

Tout chien doit porter à son collier la marque de contrôle, annuelle et numérotée et ce en tout temps. A défaut, le détenteur pourrait être amené à être verbalisé en cas de contrôle.

Toute personne séjournant avec son chien sur le territoire du canton durant une période inférieure à 3 mois n’est pas tenue d’enregistrer son chien auprès de la banque de données, de suivre les formations théorique et pratique, de s’acquitter de l’impôt sur les chiens, ni d’acquérir la marque de contrôle.

Le détenteur est tenu de :

  • Disposer en permanence du matériel adéquat pour maîtriser son chien, d’être titulaire d’une assurance-responsabilité civile et de munir son chien d’une médaille indiquant le nom, l’adresse et le numéro de téléphone du détenteur. Il doit également s’acquitter de l’impôt sur les chiens.
  • Prendre les précautions nécessaires afin que son chien ne puisse lui échapper, blesser, menacer ou poursuivre le public et les animaux, ni porter préjudice à l’environnement, notamment aux cultures, à la faune et à la flore sauvages. Les chiens se doivent d’être tenus au moyen d’une laisse et ce, en tout temps sur la voie publique. 
  • Prendre toute les précautions nécessaires afin que son chien ne trouble pas la tranquillité publique par ses aboiements ou ses hurlements. Il lui incombe également de l’empêcher de souiller le domaine public, les cultures et les espaces naturels ainsi que de ramasser les déjections.

Sont considérés comme errants les chiens non enregistrés dans la banque de données et dont l’identité du détenteur ne peut pas être établie. A défaut de pouvoir être identifié, les animaux seront conduits à la fourrière cantonale pour chiens à Collex-Bossy.