Aller au contenu principal
Les gens qui font Troinex

J’ai appris à savourer chaque moment

Depuis 2018, Olinda Gonçalves assure le soin quotidien d’un grand lotissement de la commune. Rencontre dans un dédale de sous-sols avec une concierge minutieusement organisée, qui a travaillé dur pour trouver un nouvel équilibre.

Olinda Gonçalves,  12ème personnage de notre série de portraits Les gens qui font Troinex.

Un bric-à-brac de clés, de tournevis et autres cartes de lessives gonfle les poches de son gilet de bricoleuse multi-tâches. «Je n’aime pas trop qu’on m’appelle Madame. Je préfère simplement Olinda, c’est comme ça que les gens me connaissent, ici». Un peu étonnée qu’on ait choisi de s’intéresser à son histoire qu’elle dit «toute petite comme ça», son sourire franc recouvre une timidité qui disparaitra vite. Au milieu de ce grand «U» d’habitations bâti sur un terrain agricole, les jardins sont tirés à quatre épingles. Et ce ne sont pas des jardiniers qui s’en occupent. Olinda fait tout, intérieurs comme extérieurs, une souffleuse de sept kilos sur le dos façon Ghostbusters. «Certains s’étonnent de voir une femme derrière une débroussailleuse. C’est vrai que ce n’est pas si courant. C’est pas simple physiquement, mais j’adore faire tout ça!» 

Dans le monde du dessous, en passant de portes en buanderies uniformisées reliant le 26 au 28A, on comprend assez vite l’ampleur de la tâche quotidienne. Tout se ressemble et sans elle, on se serait facilement perdu. Olinda s’esclaffe en indiquant un charriot rouge et bleu. «Lui, c’est mon copain de tous les jours, comme je dis aux enfants! J’ai tout mon tralala dessus.» Elle va, vient, remonte. Elle nettoie, entretient, répare les machines, nettoie à nouveau et recharge les cartes de lessive. Il en va de la bonne marche du lieu de vie de toute une collectivité. La cadence est soutenue. En totalité, elle assure la conciergerie de deux bâtiments d’une quinzaine d’appartements chacun. S’ajoutent deux arcades, plusieurs jardins et une place de jeux qu’il faut entretenir en toutes saisons. Il faut imaginer les halls d’entrée à ravoir plusieurs fois par jour en hiver et les jours de pluie. «En vérité, ce n’est pas tant que ça, comparé à avant, avec tout ce que je cumulais à Genève. Ici, c’est plus tranquille et surtout, je vis sur mon lieu de travail.»

Du Portugal à Genève

C’est qu’avant de saisir cette opportunité d’un emploi de concierge à temps plein dans une même unité de lieu, Olinda a vécu dix-huit ans en ville dans un immeuble des Eaux-Vives, avec son mari et ses filles. «Pour vivre, je devais gérer plusieurs bâtiments et faire le tour de Genève matin et soir pour chaque lieu de travail.» Olinda a tout appris sur le tas, cumulant d’abord les emplois de femme de ménage chez des particuliers. Son mari était entre temps devenu chef d’équipe dans une entreprise genevoise après plusieurs années à travailler dans les vignes. Le couple, aujourd’hui suisse, est d’origine portugaise. «On a grandi comme on a pu avec mes cinq frères et soeurs, dans une famille très pauvre, au nord du Portugal. Mes parents ont travaillé dans l’agriculture toute leur vie. A 12 ou 13 ans, j’étais déjà au champs. C’était comme ça à l’époque. Il n’y avait pas vraiment d’autres perspectives en dehors du bâtiment ou de la restauration à Lisbonne, ce qu’ont fait mes frères.» Olinda se marie en 1992, a sa première fille, puis la famille part tenter une vie meilleure, en Suisse. Sa soeur devient femme de chambre dans des hôtels de Verbier, en Valais.

Avancer face aux clichés

«Depuis vingt-huit ans qu’on est ici, on a travaillé constamment pour donner de meilleures possibilités que nous à nos enfants. On n’a manqué de rien mais on ne s’octroyait aucun loisir.» Olinda rappelle la difficulté de la langue apprise en autodidacte, qui reste souvent un handicap pour avancer socialement. «Mon travail nécessite de la gentillesse. Mais parfois les gens pensent que quand vous êtes gentille, vous êtes un peu bête. On le vit, c’est vrai, ce cliché du concierge, du maçon ou de la femme de ménage portugaise. Mais comme je dis toujours: être concierge, il faut savoir le faire! J’ai surtout appris à mes filles à ne jamais se sentir inférieures à cause de leurs origines ou de leur statut». Olinda évoque en détail ce jour où, grâce à une connaissance, elle a l’opportunité de passer l’entretien qui lui permettra de s’occuper du nouveau lotissement de Troinex. Avant de tenter sa chance, Olinda avait rassemblé autour d’elle son mari et ses filles pour les consulter, car si ce poste allait permettre moins de stress et plus de calme, c’était aussi un changement radical pour toute la famille.

Son «truc en plus»

On entre chez Olinda. Un petit robot gère les sols de son appartement, en assistant précieux. «Lui aussi, il fait tout, tout seul, il faut juste ne pas avoir de tapis!» s’amuse-t-elle. L’autonomie est d’ailleurs au coeur de la discussion: «J’apprends en observant les techniciens. Je suis une intermédiaire mais j’aime pouvoir me débrouiller.» Pour Olinda, l’entretien est aussi celui de la relation aux habitants. Une sorte de vocation, un mélange subtil de discrétion et de disponibilité à tout moment. «Il ne s’agit pas que de remplir le cahier des charges. Il faut aimer l’humain. Les gens m’appellent souvent pour un problème, un service, besoin de ceci ou de cela. Donc si je suis là, aucun souci, je prends mon gilet et j’y vais.» Faire les courses pour une voisine âgée, démonter son évier parce que l’eau coule, offrir un café aux technicien… «Je fais énormément de petites choses en plus, ça apporte aux autres mais ça m’apporte à moi aussi en retour.»

Tournée vers l’autre

Son rêve aurait été de travailler pour les personnes âgées, en maison de retraite. «Je crois que c’est un peu tard maintenant, mais on ne sait jamais?» Peut-être une façon de compenser, pense-t-elle, l’absence de ses parents dont elle n’a pas pu s’occuper directement, en quittant le pays. Cet altruisme s’incarne aussi dans l’éducation de ses filles, à qui elle a tenu à garantir une vie «aussi normale que leurs camarades suisses», tout en leur apprenant que l’argent ne tombe pas du ciel. Puis, la vie a imposé d’autres sacrifices. En 2011, la soeur de Olinda décède des suites d’une grave maladie. Olinda et son mari choisissent de se serrer la ceinture et de se battre pour obtenir la garde de leur nièce, qu’ils élèvent depuis comme leur troisième fille afin de lui donner les mêmes chances. 

Vivre des moments

Comme beaucoup d’immigrés portugais, par nécessité économique, Olinda et son mari étaient d’abord venus pour repartir. «Pendant plusieurs années, c’est une logique mentale qui vous empêche d’imaginer autre chose. Ma soeur a travaillé toute sa vie dans l’optique d’économiser pour acheter une maison au pays. Un jour, tout s’est arrêté subitement, sans qu’elle n’ait pu en profiter. Ça a été un choc pour moi. Et un déclic. Je ne voulais plus de cette vie-là.» Alors on change d’optique, on apprend de la jeune génération, on se permet de vivre ici et maintenant. La Suisse est devenu le pays de Olinda. «Je suis bien ici, j’ai envie de rester. Mon plaisir aujourd’hui, c’est de partager du temps en famille, faire un petit voyage, s’offrir une pizza sur un coup de tête, ce qu’on ne se serait jamais autorisés avant.» C’est aussi s’arrêter pour lire un livre, le reprendre quelques jours plus tard. C’est le rituel des dimanches matins dans le même café, avec le même groupe d’amies. «C’est simplement vivre des moments». La couverture d’un des nombreux albums photos qu’elle confectionne après ses voyages le confirme: Momentos de amizade.

Bio Express

1971

Naissance au Portugal

1992

Mariage

1993

Naissance de leur première fille

1995

Arrivée en Suisse, à Gy

2000

Emménagement aux Eaux-Vives

2003

Naissance de leur seconde fille

2013

Accueil de leur nièce 

2018

Emménagement à Troinex


Actualités

Environnement
13 mars 2024

Journée genevoise « D-Tox numérique » le vendredi 15 mars 2024

L'activité numérique a un énorme impact écologique. En adoptant des pratiques plus durables, il est possible de réduire ensemble l’empreinte... Lire plus
Vivre ici
5 février 2024

Jardin d’enfants « Gaspard et Trottinette » – Inscriptions pour les nouveaux enfants

GASPARD ET TROTTINETTE   Jardin d’enfants de Troinex 19 chemin Lullin Tél : 022-784.29.68 Email : gaspard.trottinette@littlegreenhouse.ch INSCRIPTIONS POUR LES NOUVEAUX ENFANTS Les... Lire plus
Vivre ici
5 février 2024

Inscriptions parascolaires 2024-2025

Les inscriptions parascolaires 2024-2025 au Groupement intercommunal pour l’animation parascolaire (GIAP) auront lieu du 20 mars au 29 avril 2024.... Lire plus
Vivre ici
17 janvier 2024

Caritas Genève : Héberger un.e refugié.e à la maison, et pourquoi pas ?

À Genève comme ailleurs, des milliers de réfugié.e.s cherchent à se mettre à l’abri, fuyant la guerre, les persécutions et... Lire plus
Vivre ici
15 janvier 2024

Revivez la Cérémonie des voeux du Maire le 11 janvier 2024

Vous n'avez pas pu participer aux bons vœux du Maire ? Ce n'est pas grave ! Ici, vous pourrez lire... Lire plus
Vivre ici
8 janvier 2024

Une nouvelle offre de carte journalière CFF dès le 1er janvier !

Dès le 1er janvier 2024, les CFF proposent une nouvelle offre de carte journalière prévoyant un achat uniquement à la... Lire plus
Vivre ici
20 décembre 2023

Prévention cambriolages

7 mesures clé pour sécuriser votre maison contre le vol La période des fêtes appelle à une vigilance toute particulière,... Lire plus
Environnement
13 décembre 2023

Votre Commune s’engage pour les économies d’énergie : les mesures prises depuis 2022

A une époque où les réflexions sur la consommation énergétique sont devenues indispensables, la Commune de Troinex a à cœur... Lire plus
Vivre ici
13 décembre 2023

Découvrez l’Agenda des communes genevoises!

Depuis quelques semaines, les communes genevoises ont rassemblé leurs agendas sur une nouvelle plateforme web où vous trouverez un grand... Lire plus
Vivre ici
16 novembre 2023

Du chocolat à l’image de Troinex pour les fêtes !

Les fêtes de fin d'année approchent à grands pas... L'occasion de se faire plaisir, ou de faire plaisir. Simple gourmandise... Lire plus
Vivre ici
13 novembre 2023

Attention ! La rougeole refait son apparition dans le canton de Genève

Suite à l'apparition de cas de rougeole dans le canton de Genève ces derniers jours nous recommandons vivement à toutes... Lire plus
Vivre ici
6 novembre 2023

Une nouvelle salle polyvalente à Troinex !

À la recherche d’un espace pour vos réunions, séances de travail, comités, Assemblées Générales ? Nous vous informons de l’existence d’une... Lire plus
Vivre ici
9 octobre 2023

La Croix-Rouge genevoise lance une campagne d’appel aux bénévoles pour des visites à domicile aux personnes âgées isolées

Afin de rompre l’isolement des personnes âgées, la Croix-Rouge genevoise propose des visites gratuites, généralement hebdomadaires, par des bénévoles formé-e-s... Lire plus
Vivre ici
2 octobre 2023

Tournoi / Journée de clôture du Tennis Club – Dimanche 15 octobre 2023

Le tournoi de clôture du Tennis Club aura lieu le dimanche 15 octobre 2023 ! Les membres du Club pourront... Lire plus
Vivre ici
4 septembre 2023

Dès le 15 septembre, des cours de Nordic Walking destinés aux seniors, tous les vendredis de 9h à 10h15!

Rendez-vous à Troinex, pour des cours de marche sportive qui renforcent la tonicité et l'endurance ! Pour s'inscrire : En... Lire plus
Vivre ici
29 juin 2023

Pétition des élèves du Collège Madame de Staël pour une piste cyclable sur la route d’Annecy

Des élèves du Collège Madame de Staël, dont de jeunes Troinésiennes et Troinésiens, ont pris l'initiative de lancer une pétition... Lire plus
Offres d'emploi
14 juin 2023

Recherche un·e conducteur·trice du bus scolaire bénévole

Votre mission Accompagner et conduire ponctuellement (1 à 2 fois par mois) les enfants de l’école ou de la garderie... Lire plus
Vivre ici
9 avril 2024

Vélos en libre-service : face au vandalisme, comment prévenir les incivilités ?

Avec le retour des beaux jours, le service de VéloPartage est malheureusement confronté à une recrudescence d'actes de vandalisme. En 2023,... Lire plus
Le mot du Maire
28 mars 2024

Place à un printemps serein!

Chères Troinésiennes, chers Troinésiens, Le premier trimestre de l’année 2024 s’est déjà achevé! Il est temps que l’hiver – qui... Lire plus
Votre mairie
28 mars 2024

Le nouveau conducteur de travaux

Nous sommes heureux de vous présenter M. Julien Raemy, engagé en qualité de technicien conducteur de travaux au sein du... Lire plus