Aller au contenu principal
Vivre ici

La Dolce Vita troinésienne

Ils sont les heureux habitants de la colocation qui s’est ouverte en septembre dernier à la route de Moillebin : Emma, Tania, Tess, Raphaël et Florian, un « club des 5» contemporain et troinésien. Ami(e)s d’enfance, connaissances communes, ami(e)s d’ami(e)s, ces cinq étudiants se sont finalement retrouvés à occuper ensemble une grande maison mise à disposition par la mairie.

Une occasion en or qui a tout de la belle aventure. « Les dirigeants de la commune cherchaient des gens responsables, nous on leur a proposé notre projet et ils ont vu qu’ils pouvaient nous faire confiance. C’était donnant-donnant et au final, tout le monde est content. » Disputes pour le ménage, vols dans le réfrigérateur, loyers
impayés, difficultés de communication, les histoires de colocations qui se déroulent mal sont légion et nombre d’étudiants hésitent à franchir le pas de la vie à plusieurs par peur de la mauvaise expérience, du colocataire psychorigide qui hurle quand le volume de la musique est trop fort ou du je-m’en-foutiste qui confond salon et benne à ordures. Des préoccupations que ne connaissent pas ces cinq amis:

« On voulait que cette colocation soit comme une famille. » Un fonctionnement familial qui inclut : courses communes, tournus dans le ménage, repas ensemble dans la mesure du possible et qui instaure comme principes de base, la confiance et la communication entre ses membres. Et si comme dans toute bonne colocation, une charte a initialement été rédigée pour que chacune et chacun respecte les règles du vivre ensemble, elle prend pour le moment la poussière au fond d’une bibliothèque et sur un vieux fichier Word. Les paris sont donc lancés : à qui la première faute de jeu qui fera jurisprudence dans cette colocation parfaite et la transformera en auberge espagnole?

Le casting

Tess Figols

Elle est étudiante à la Faculté de sciences de l’environnement de l’Université de Genève. En plus de sa passion pour les enjeux écologiques qui agitent plus que jamais notre planète, elle aime se ressourcer en pratiquant le yoga ou en cuisinant de bons petits plats pour elle et ses proches.

«Vivre à Troinex et dans cette coloc, c’est tellement plaisant: c’est vivre toute l’année avec un air de vacances.»

Tania Rampini

Elle est étudiante en Master de psychologie spécialisée pour
les personnes en situation de handicap à l’Université de Genève. Les jours de congé, elle aime grimper sur son vélo et pédaler jusqu’au lac pour pouvoir s’y baigner. À la maison, c’est en pleine séance de yoga ou les mains dans la terre pour s’occuper du potager qu’on peut la retrouver.

« Ici, c’est le bonheur! »

Florian Schopfer

Il est étudiant en Master d’histoire ainsi qu’en Bachelor de français à l’Université de Genève et lorsqu’il pose sa casquette d’élève, c’est pour endosser celle d’instituteur. Le jeune homme est en effet remplaçant dans le secondaire. Il est également caissier dans un bar à sushis. Sportif, il pratique quotidiennement le basketball avec son équipe troinésienne.

«Troinex, c’est l’association parfaite entre le calme du village familial et la situation géographique aux bordures de la ville.»

Emma Wainwright

Elle est étudiante en médecine à l’Université
de Genève. Elle travaille en parallèle comme
assistante médicoadministrative aux urgences pédiatriques de la clinique des Grangettes et collabore avec l’association Children Action en tant qu’intervenante en pédiatrie. Son temps libre, elle l’occupe baskets aux pieds entre randonnées, sorties à vélo et course à pied, ou dans son salon à répéter ses postures de yoga.

«J’ai découvert Troinex avec la coloc et c’est un énorme coup de cœur ; se réveiller avec le Salève le matin, c’est magique.»

Raphaël Weiss

Il est sur le point d’intégrer l’école supérieure de soins ambulanciers de Genève après avoir terminé le collège du soir pour adultes. Le weekend, c’est en montagne qu’on le retrouve, à dévaler les pistes de ski ou à gravir les chemins rocailleux suivant les saisons.

«C’était vraiment une chance immense pour moi de trouver cette coloc sur mes terres natales.»

«On a le cadre de la campagne en étant en même temps proche de tout.»

Les balades en forêt, le chant des oiseaux au réveil, le calme de la campagne, et après quelques minutes à pédaler, le retour dans la vie active, dans la ferveur de la ville ; une situation idéale pour la vie étudiante : « Je n’aurais pas pu vivre ailleurs qu’en campagne. On adore être en ville avec tout le monde, mais on est toujours content de rentrer à la maison. » Une maison avec un grand jardin, où peuvent s’épanouir fleurs et arbustes en tout genre et qui a accueilli depuis peu les balbutiements d’un potager : « Cette année, on va avoir deux fraises et une tomate, mais j’ai vu que ça poussait bien. On aura peut-être plus dans un an. » Un projet vert qui s’inscrit dans une démarche écologique générale. Tri des déchets, déplacements presqu’en totalité à pied ou à vélo, alimentation majoritairement végétarienne, les cinq étudiants mettent un point d’honneur à respecter l’environnement. Prochain projet en discussion : un poulailler.

Autre avantage non-négligeable de la vie à la campagne et en maison : la possibilité d’organiser des fêtes. Au fur et à mesure des mois, les amis des uns sont devenus les amis des autres et la vieille demeure de la route de Moillebin s’est ainsi vue accueillir nombre de soirées endiablées ; danse dans le séjour ou beer-pong sur la terrasse. Et avec la piscine boudin qui vient d’être installée au fond du jardin, les prochaines soirées pourraient bien se transformer en pool parties. Mais toujours dans le respect du voisinage.

«Faut vraiment qu’un jour on essaie de passer dans ce journal.»

Dès sa première parution en mars dernier, les cinq étudiants se sont faits cette promesse : ils apparaîtront tôt ou tard dans le TROIMAG. « On avait des objectifs dans la coloc, ça en était un. » Et ce qui débuta comme une blague, finit par se concrétiser quelques semaines plus tard lorsque la mairie les contacta pour écrire un article sur eux. Aboutissement de ces bientôt 1 an de vie en colocation, ces quelques lignes sont ainsi le témoin d’une belle histoire qui a commencé en septembre 2020 et qui n’est sans doute pas prête de se terminer.


Actualités

Vivre ici
15 juin 2022

Fêtes des promotions

Nous sommes heureux de vous convier à la fête des promotions, qui aura lieu le samedi 2 juillet.  Au programme... Lire plus
Votre mairie
15 juin 2022

Poste d’agent(e) en information documentaire à pourvoir

La commune de Troinex recherche un(e) agent(e) en information documentaire à 30% pour le 1er octobre 2022 (ou à une... Lire plus
Vivre ici
23 mai 2022

AVIS DE POLICE – URGENT A L’ATTENTION DES SENIORS

Une escroquerie est actuellement en cours sur l'ensemble du Canton selon le modus operandi suivant : « Un individu portant un... Lire plus
Votre mairie
27 juin 2022

Rencontre avec la compagnie 49

Fin février, les sapeurs-pompiers de Troinex ont reçu un tout nouveau véhicule de service. On ne pouvait rêver d’une plus... Lire plus
Vivre ici
24 juin 2022

Aux petits soins des jeunes

Le rôle du dispositif des Travailleurs Sociaux Hors Murs (TSHM) est de répondre au mieux aux besoins et demandes sociales... Lire plus
Conseil Municipal
24 juin 2022

Les échos des dernières séances

Voici les décisions et dossiers traités lors des dernières séances du Conseil Municipal. Séance du 13 novembre 2021 Le Conseil... Lire plus