Aller au contenu principal
Les producteurs locaux

La ferme chavaz, un marché familial de proximité

Le chemin des Marais est un trait d’union entre les communes de Troinex et Veyrier. Au numéro 62, beaucoup de Troinésiennes et Troinésiens fréquentent un marché on-ne-peut-plus local : la Ferme Chavaz. Dans ce lieu de production et de vente directe, le couple de maraîchers, Laure et Francis, tire à la même corde depuis plus de vingt ans. Pendant qu’une tarte cuit au four pour le souper, ils nous racontent leurs nombreuses adaptations. 

L’équipe de gauche à droite : Claudine Rosset, Alexandrine Reverdi-Chavaz, Francis Chavaz et Laure Chavaz, dans leur marché couvert.

Quels produits trouve-t-on, ici, à la Ferme Chavaz?

Laure Chavaz : Nous cultivons et vendons directement sur place. Le grand hangar que vous voyez en arrivant est devenu notre lieu de vente maraichère principal. Nous produisons tous les légumes de notre jardin intégralement en bio depuis maintenant six ans. Nous revendons aussi des produits d’autres producteurs locaux, pour faire bénéficier sur place d’un achalandage complet, varié et de bonne qualité à notre clientèle. Vous trouvez aussi des viandes, des fromages et des poissons, dont j’aime m’occuper personnellement. Francis a un peu levé le pied et se consacre désormais essentiellement à la production dans nos champs. Nous avons remis la vente de nos produits et la responsabilité du marché à Alexandrine. Nous tenons à la transmission familiale pour assurer une continuité tout en laissant la place aux plus jeunes.

Comment est répartie votre surface de production?

Francis Chavaz : Nous sommes une petite exploitation locale. Nous cultivons une surface de 25 hectares dont deux et demi de légumes, lesquels représentent 80% de notre chiffre d’affaire à la vente. Le reste c’est de la culture de céréales (blé, maïs, soja, etc.) Elle nous permet principalement d’assoler nos terres – essentiel au bon maraîchage – c’est-à-dire d’entretenir les sols pour refaire pousser des légumes en tournus sur différentes parcelles de meilleure qualité. En plus du travail de mon épouse et moi-même, nous employons actuellement trois personnes à 100% pour la production.

LC : D’autant que quand vous décidez de passer en bio, tout doit être garanti sans pesticides ni herbicides de A à Z, sur l’ensemble de la surface agricole, jusqu’à l’herbage de nos champs. C’est forcément plus de main d’œuvre humaine, d’autres gestes aussi, une logique qui oblige à jouer le jeu jusqu’au bout. Nous avions des craintes au départ, mais cela en valait vraiment la peine et nous avons su nous adapter. 

D’ailleurs, Francis vous étiez grossiste au départ. Pourquoi être passé au commerce de détail maraîcher? 

FC : C’était une question de survie. Vers la fin des années nonante, beaucoup d’exploitations qui travaillaient comme nous avec les grandes surfaces ont disparu. On nous demandait de nous aligner sur les prix européens. Ce n’était pas tenable. Nous avons parié sur le commerce de détail sur les marchés. Il a fallu diversifier pour passer d’une quinzaine à une cinquantaine de variétés de légumes et assumer un rythme plus soutenu : vous vous levez à 4h du matin pour construire votre étal de marché et vendre jusque vers 14h. Puis il faut repartir cultiver dans les champs jusqu’au soir. Je vous laisse imaginer, alors que nous assurions huit marchés par semaine quand on a commencé début 2000 ! Mais sans la vente directe, j’aurais disparu…

En tant que maraîchers de proximité, notez-vous un changement dans la relation de la population à la consommation, au terroir ?

LC : On l’a beaucoup senti pendant la crise de COVID. On y a cru. D’abord en tant que marché ouvert de campagne, en terme de production et de vente directe, nous pouvions ouvrir et cela nous a été bénéfique. Et puis, un peu comme la prise de conscience du rôle des soignants, les gens semblaient comprendre le fait que les agriculteurs ont une fonction clé pour nourrir la population. Que tout ne va pas de soi. Là aussi, nous avons dû nous réorganiser radicalement et travailler plus de 80 heures par semaine…

FC : Chaque fois que vous changez de modèle, la clientèle évolue. Certains restent, d’autres partent. Cet engouement pendant le COVID est un peu retombé. Mais je dirais quand même qu’on sent une nouvelle sensibilité notoire de la population, notamment des plus jeunes. Beaucoup d’initiatives naissent, certains se mettent à trois ou quatre pour relever le défi de petites productions locales. Il y a un engouement coopératif encourageant. Par contre, il y a une perte de vitesse du bio. Nous ne le sentons pas trop encore ici, car nous avons la chance de nous trouver dans une zone périurbaine qui peut se permettre de manger bio. Mais on sait aussi que les premiers sacrifices que font les gens en cas de baisse du pouvoir d’achat, c’est au détriment des légumes et des produits frais.

Chose surprenante, à la Ferme Chavaz, si on a une fringale de produit bio à 3h du matin, on peut utiliser votre distributeur automatique…

LC : Oui cela se développe de plus en plus dans les campagnes en France et en Suisse alémanique par exemple. C’est le même principe qu’un distributeur de boisson à la gare. Cela existait déjà sur le modèle de la confiance avec une tirelire sur l’étalage où vous mettiez le prix correspondant au produit. Mais le distributeur permet de sécuriser les produits. 

Est-ce qu’il n’y a pas une sorte de paradoxe entre cette automatisation et la proximité dont nous parlions auparavant?

LC : Autant il y a ce plaisir du contact, bien sûr, autant la réalité de beaucoup de personnes ce sont des horaires impossibles et du stress. Ce système permet de dépanner les gens, qu’ils puissent avoir ce qu’ils veulent quand ils le souhaitent. Et surtout le peuvent. C’est une solution qui colle aux modes de fonctionnement des gens aujourd’hui.

A nouveau, il s’agit de capacité d’adaptation… 

LC : Vous savez, j’étais préparatrice en pharmacie quand j’ai rencontré Francis. C’était une grande transition, il a fallu consacrer toute l’énergie à ce projet commun. Mais aujourd’hui, je m’épanouis pleinement dans la vente de notre propre production. D’abord, grâce au contact direct avec les gens qui choisissent de venir au marché. On explique d’où viennent les produits et on
fidélise une clientèle qui nous fait confiance sur la qualité de la marchandise. Cela donne beaucoup de sens à notre activité. Quand on vend des choses que l’on a fabriqué et que l’on aime, que l’on est persuadés de vendre quelque chose de bon, c’est très gratifiant. 

FC : Cette confiance des gens est essentielle. Alors on se sent vraiment récompensés par ces moments où l’on nous complimente sur le goût de nos cardons ! Et c’est peu dire que l’on a besoin de cela pour avancer dans ce métier. On aime ce que l’on fait, mais surtout, on tient parce qu’on est soudés, qu’on tire à la même corde, Laure et moi. 

Marché & Ferme
Chemin des Marais 62, Veyrier
Mardi : 7h30-13h
Jeudi : 14h-19h
Samedi : 7h30-13h
Distributeur automatique à toutes heures


Actualités

Environnement
13 mars 2024

Journée genevoise « D-Tox numérique » le vendredi 15 mars 2024

L'activité numérique a un énorme impact écologique. En adoptant des pratiques plus durables, il est possible de réduire ensemble l’empreinte... Lire plus
Vivre ici
5 février 2024

Jardin d’enfants « Gaspard et Trottinette » – Inscriptions pour les nouveaux enfants

GASPARD ET TROTTINETTE   Jardin d’enfants de Troinex 19 chemin Lullin Tél : 022-784.29.68 Email : gaspard.trottinette@littlegreenhouse.ch INSCRIPTIONS POUR LES NOUVEAUX ENFANTS Les... Lire plus
Vivre ici
5 février 2024

Inscriptions parascolaires 2024-2025

Les inscriptions parascolaires 2024-2025 au Groupement intercommunal pour l’animation parascolaire (GIAP) auront lieu du 20 mars au 29 avril 2024.... Lire plus
Vivre ici
17 janvier 2024

Caritas Genève : Héberger un.e refugié.e à la maison, et pourquoi pas ?

À Genève comme ailleurs, des milliers de réfugié.e.s cherchent à se mettre à l’abri, fuyant la guerre, les persécutions et... Lire plus
Vivre ici
15 janvier 2024

Revivez la Cérémonie des voeux du Maire le 11 janvier 2024

Vous n'avez pas pu participer aux bons vœux du Maire ? Ce n'est pas grave ! Ici, vous pourrez lire... Lire plus
Vivre ici
8 janvier 2024

Une nouvelle offre de carte journalière CFF dès le 1er janvier !

Dès le 1er janvier 2024, les CFF proposent une nouvelle offre de carte journalière prévoyant un achat uniquement à la... Lire plus
Vivre ici
20 décembre 2023

Prévention cambriolages

7 mesures clé pour sécuriser votre maison contre le vol La période des fêtes appelle à une vigilance toute particulière,... Lire plus
Environnement
13 décembre 2023

Votre Commune s’engage pour les économies d’énergie : les mesures prises depuis 2022

A une époque où les réflexions sur la consommation énergétique sont devenues indispensables, la Commune de Troinex a à cœur... Lire plus
Vivre ici
13 décembre 2023

Découvrez l’Agenda des communes genevoises!

Depuis quelques semaines, les communes genevoises ont rassemblé leurs agendas sur une nouvelle plateforme web où vous trouverez un grand... Lire plus
Vivre ici
16 novembre 2023

Du chocolat à l’image de Troinex pour les fêtes !

Les fêtes de fin d'année approchent à grands pas... L'occasion de se faire plaisir, ou de faire plaisir. Simple gourmandise... Lire plus
Vivre ici
13 novembre 2023

Attention ! La rougeole refait son apparition dans le canton de Genève

Suite à l'apparition de cas de rougeole dans le canton de Genève ces derniers jours nous recommandons vivement à toutes... Lire plus
Vivre ici
6 novembre 2023

Une nouvelle salle polyvalente à Troinex !

À la recherche d’un espace pour vos réunions, séances de travail, comités, Assemblées Générales ? Nous vous informons de l’existence d’une... Lire plus
Vivre ici
9 octobre 2023

La Croix-Rouge genevoise lance une campagne d’appel aux bénévoles pour des visites à domicile aux personnes âgées isolées

Afin de rompre l’isolement des personnes âgées, la Croix-Rouge genevoise propose des visites gratuites, généralement hebdomadaires, par des bénévoles formé-e-s... Lire plus
Vivre ici
2 octobre 2023

Tournoi / Journée de clôture du Tennis Club – Dimanche 15 octobre 2023

Le tournoi de clôture du Tennis Club aura lieu le dimanche 15 octobre 2023 ! Les membres du Club pourront... Lire plus
Vivre ici
4 septembre 2023

Dès le 15 septembre, des cours de Nordic Walking destinés aux seniors, tous les vendredis de 9h à 10h15!

Rendez-vous à Troinex, pour des cours de marche sportive qui renforcent la tonicité et l'endurance ! Pour s'inscrire : En... Lire plus
Vivre ici
29 juin 2023

Pétition des élèves du Collège Madame de Staël pour une piste cyclable sur la route d’Annecy

Des élèves du Collège Madame de Staël, dont de jeunes Troinésiennes et Troinésiens, ont pris l'initiative de lancer une pétition... Lire plus
Offres d'emploi
14 juin 2023

Recherche un·e conducteur·trice du bus scolaire bénévole

Votre mission Accompagner et conduire ponctuellement (1 à 2 fois par mois) les enfants de l’école ou de la garderie... Lire plus
Vivre ici
9 avril 2024

Vélos en libre-service : face au vandalisme, comment prévenir les incivilités ?

Avec le retour des beaux jours, le service de VéloPartage est malheureusement confronté à une recrudescence d'actes de vandalisme. En 2023,... Lire plus
Votre mairie
28 mars 2024

Face au feu

Lors de l’exercice de novembre, la trentaine de jeunes sapeurs-pompiers de Genève-Sud s’est retrouvée confrontée à de nombreux feux de... Lire plus
Le mot du Maire
28 mars 2024

Place à un printemps serein!

Chères Troinésiennes, chers Troinésiens, Le premier trimestre de l’année 2024 s’est déjà achevé! Il est temps que l’hiver – qui... Lire plus